Mise En Garde Contre Les Reserves D'argent

Mise En Garde Contre Les Reserves D'argent
De quelle façon agir pour rendre plus éthique le marché du crédit en France ?

Pas facile de s'imaginer de quelle manière pourraient évoluer nos sociétés si le crédit était amené à disparaître. Rien d'étonnant, l'emprunt est jusqu'à aujourd'hui la méthode de levée de fonds la plus courante et la plus rationnelle que l'on connaisse. Sans crédit, pas de créations d'entreprises, d'achats immobiliers ou encore d'achats d'automobiles neuves. En somme, une situation économique apocalyptique. S'il n'est pas nécessaire de désavouer le fondement même de l'endettement, la prolifération du crédit à la consommation et ses conséquences néfastes sur les ménages est cependant un phénomène beaucoup plus inquiétant.

De l'endettement traditionnel et productif au prêt à la consommation généralisé

Que ce soit pour des acquisitions immobilières ou pour le lancement d'un produit, il y a des projets qui ne peuvent se concrétiser sans Reformer le secteur du credit recours à un crédit. Faire appel au crédit personnel est dans bien des cas nécessaire quand l'épargne des ménages est insuffisant pour l'achat d'une nouvelle voiture ou pour des travaux de rénovation. Évidemment, rien ne sert d’émettre des objections sur le principe même de l'endettement quand il permet de concrétiser un projet précis. Si le dossier de l'emprunteur est solide et qu'il apporte de surcroît les documents demandés pour persuader la banque, il ne devrait pas avoir trop de problèmes à obtenir son prêt. Un mode de crédit génère pourtant un tollé auprès des associations de défense des consommateurs : les réserves d'argent. Avec un TAEG astronomique et un système de renouvellement continu de la réserve, le prêt revolving peut avoir des effets extrêmement dévastateurs sur les comptes d'une famille s'il est utilisé abusivement. Ce crédit est facile à obtenir et il est généralement utilisé par les clients pour régler leurs achats par la biais d'une carte de paiement spécifiquement dédiée. Lorsqu'il est en sa possession, son utilisateur peut être entraîné à faire des achats d'impulsion à cause de cette réserve qui lui donne cette fausse impression d'avoir de l'argent en abondance. Dans le cas où aucune mesure de limitation drastique des taux, voire une suppression nette de ce type de crédit n'est exprimée, alors le sur-endettement continuera à faire des ravages en France.

Cette décision pourrait inciter les prêteurs à réfléchir sur de nouvelles formules de crédit moins addictives.

Soutenir le crédit en favorisant des moyens de distribution alternatifs

Une chose est sûre, l'arrêt de la réserve de crédit ne serait pas une bonne nouvelle pour les acteurs de la grande distribution et du commerce en général. Pour s'équiper en meubles, hi-fi et électroménager, beaucoup de clients ont recours au prêt revolving. Malheureusement, rien ne peut affirmer que les organismes de crédit accepteraient de distribuer des micro-crédits personnels pour compenser la suppression du crédit renouvelable et de son énorme taux.
Dans ce cas, il faudra rapidement trouver d'autres canaux de financements.

Dans cette optique, il est possible d'imaginer que le gouvernement accompagne des acteurs du monde de la distribution (physique et en ligne) pour la création d'un organisme de crédit sectoriel. Ce nouveau service serait soutenu par l’État et proposerait des offres de prêt personnel entre 500 et 2000 euros pour chaque client souhaitant payer à crédit ses achats. Sa gestion pourrait être confiée à une entreprise semi-privée ou alors à une société spécialisée et les responsables décideraient eux-mêmes des objectifs à suivre. Si le projet se concrétise, il est possible d'imaginer que les emprunteurs obtiendraient une carte de paiement associée à leur prêt, mais sans le système de réserve d'argent. En mettant en commun leurs forces, les distributeurs auraient plus à y gagner et les acheteurs feraient des économies.

Autre solution, travailler au développement du crédit entre particuliers en mettant en place une plateforme nationale de mise en relation. Le principe est de mettre en relation d'un côté des particuliers recherchant un placement intéressant avec, de l'autre côté, des demandeurs qui désirent financer un projet bien défini. Le taux d'intérêt payé par l'emprunteur correspondrait à la rémunération du capital de l'investisseur. S'il n'est pas très difficile de lancer un tel site, le défi numéro un serait d'amener les épargnants à s'inscrire en masse et dans un court laps de temps pour pouvoir relancer le crédit.


Une autre piste consiste à réussir à convaincre la BCE d'investir dans les sociétés de crédit appartenant à l’État. Le principal argument serait que les fonds soient directement ré-injectés dans l'économie réelle et non pas utilisés dans une optique de spéculation sur les marchés.

AMT

Federación de Choferes

ANT

REDES SOCIALES

JSN Pixel template designed by JoomlaShine.com